Happy Hour- Connaitra t-on la fin du cancer ?
8 octobre 2020
10 décembre 2020

Connaîtra-t-on la fin du cancer ?

HAPPY HOUR 2020

Infos Pratiques

  • Cap Sciences Hangar 20
  • Tout public
  • GRATUIT
    De 19h à 20h30
    Ouverture des portes dès 18h30

Série de rendez-vous organisés en partenariat avec Junkpage, La Librairie Mollat, La Radio Nova.

 Rendez-vous 1 fois par mois, 1 heure, 1 sujet ! GRATUIT

 

PROGRAMMATION 2020

12 novembre : Connaîtra-t-on la fin du cancer ?

Campagnes pour un meilleur dépistage, diagnostics par intelligences artificielles, modification du génome…  Le progrès scientifique laisse devenir un futur où nous finirons par avoir raison de ces « longues maladies ». Pourtant, les cancers sont toujours là, de plus en plus nombreux, auprès de patients toujours plus jeunes et prenant des formes toujours plus complexes. Alors, que sommes-nous en droit d'espérer ? Quels sont les cancers que nous serons vraiment en mesure de soigner à terme ?

INTERVENANTS (à venir)

 

10 décembre : La violence est-elle légitime pour sauver le climat ?  (Programmation à venir)

Usbek & Rica et Curieux ! s’associent pour explorer les futurs avec enthousiasme, même ceux qui font flipper : rendez-vous 1 fois par mois, 1 heure, 1 sujet !
L’objectif de ces rendez-vous « Happy Hour ? » :
 proposer des confrontations originales avec des intervenants venus de tous horizons - scientifiques, journalistes, réalisateurs, youtubers, entrepreneurs, citoyens -, se rencontrer, s’interroger sur les grands enjeux et les défis à relever… et toujours dans la bonne humeur !

 

Curieux !

Curieux ! est un nouveau média mis en place par les 4 centres de sciences de la Nouvelle-Aquitaine. Sa mission : défaire les idées reçues, présenter les technologies qui vont bouleverser votre quotidien et mettre en avant les initiatives locales qui font le futur.

 

Usbek & Rica

Usbek & Rica est le magazine qui explore le futur, tous les futurs. Usbek & Rica accompagne aussi les entreprises et les institutions dans leurs réflexions sur les grands enjeux d’avenir, élabore les dispositifs média et, diffuse des contenus qui permettent de se poser les bonnes questions.

 

 

Rencontres passées

8 octobre : Peut-on réparer la Terre grâce à la technologie ?

Depuis la nuit des temps, l’humain a mis au point des technologies qui lui ont permis de survivre et de maîtriser son environnement. Et si c’était encore le cas face à l’urgence climatique ? Capter le CO2 dans l’atmosphère et le séquestrer, manipuler le climat, fabriquer de la viande de synthèse, généraliser des moyens de transport à hydrogène…
Le progrès technique nous permettra-t-il de sauver la planète tout en maintenant notre niveau de vie ?

INTERVENANTS

  • Alain Dupuy, Hydrogéologue, directeur de l'Ecole nationale supérieure en environnement, géoressources et ingénierie du développement de Bordeaux (ENSEGID) et membre du collectif Acclimaterra.
  • Rémi Beau, chercheur en philosophie de l’université de Bourgogne, il s’intéresse à l’éthique environnementale et l’écologie politique.

REPLAY

25 juin : [ Live Youtube ] La décroissance est-elle une réponse à la crise sociale liée au Covid-19 ?

Après la crise sanitaire, la crise sociale s'annonce. Pour éviter une explosion du chômage, une relance économique rapide et intense s'imposerait. Mais quelle place sera accordée à l'environnement et aux inégalités dans les plans de relance ? N'est-il pas temps de sortir du modèle de la croissance infinie pour répondre en même temps aux urgences climatique et sociale ? La décroissance est-elle la réponse, et peut-elle vraiment être un horizon désirable collectivement ?

INTERVENANTS

  • Anne de Rugy est sociologue et enseigne à l’Université Paris-Est-Créteil. Rattachée à Sophiapol, laboratoire de sociologie, philosophie et anthropologie politiques, ses recherches portent notamment sur la consommation et le travail, l’écologie politique et la sociologie des formes de vie.
  • Julien Vidal est auteur et fondateur du projet « Ca commence par moi » Après des études de droit et de politique internationale, il s’engage quatre ans dans l’humanitaire, sous l’égide du Volontariat de Solidarité Internationale. De retour en France, il décide de consacrer son énergie à la transition écologique, en adoptant une action éco-citoyenne chaque jour pendant un an.
    Aujourd’hui, la démarche Ça commence par moi est l’une des preuves tangibles de l’intérêt croissant des français pour ces sujets avec plus d’un million de visites sur le site Web en 2018, des dizaines de milliers d’écoutes du podcast « Ça commence par moi - l’émission » mettant en avant des acteurs du changement inspirant, un livre paru au Seuil réimprimé 8 fois depuis sa sortie en septembre 2018 et la série écocitoyenne en partenariat avec Brut Nature qui cumule déjà plus de 10 millions de vues.

En savoir plus

12 Mars : Faut-il autoriser les bébés génétiquement modifiés ? 

Demain les handicaps et autres maladies incurables pourraient purement et simplement disparaître. La solution : manipuler le génome des embryons. Déjà testée en Chine, cette technique ouvre la voie à de nombreuses questions éthiques. Eugénisme décomplexé ou progrès pour l’humanité ? Comment encadrer par la loi une telle rupture scientifique ?

Vous vous posez des questions ? Les intervenants sont là pour vous répondre :

  • Didier Lacombe est pédiatre et généticien, spécialiste des anomalies du développement de l’embryon d’origine génétique. Il est chef de service au service de génétique médicale du CHU de Bordeaux, et directeur de l’unité 1211 de l’Inserm (laboratoire « Maladies rares : génétique et métabolisme ») à l'université de Bordeaux.
  • Jacques Testart est biologiste, directeur de Recherche honoraire à l'I.N.S.E.R.M. Il est le père scientifique du premier “bébé éprouvette” français né en 1982. Il développe une réflexion critique sur les avancées incontrôlées de la science et de la technique dans ses nombreux écrits, dont, Faire des enfants demain (Seuil, 2014) et Au péril de l'humain : les promesses suicidaires des transhumanistes (Seuil, 2018).

A l’issue de cette rencontre, Dédicace de Jacques Testart en partenariat avec la librairie Mollat : Au péril de l'humain : les promesses suicidaires des transhumanistes - Paru le 01/03/2018 – Co-auteur : Agnès Rouseaux - Éditeur : Seuil

Événement en partenariat avec le CHU de Bordeaux

6 Février : Pourquoi les sorcières sont-elles de retour ? 

Victimes de « chasses » jusqu’à la Renaissance, icônes féministes aujourd’hui, les sorcières ont traversé l’Histoire sans jamais quitter nos récits et nos imaginaires. Pourquoi intéressent-elles toujours autant ? En quoi les sorcières nous renseignent-elles sur l’histoire des relations femmes-hommes et leur évolution contemporaine ?

Intervenante : Céline du Chéné est auteure de documentaires radiophoniques à France Culture et chroniqueuse pour Mauvais Genres, émission où elle se consacre aux marges artistiques, à l'étrange et à l'érotisme. Elle a notamment publié Dracula, prince des ténèbres chez Larousse (2009), Blason du corps chez Littérature Mineure (2017) et l'Encyclopédie pratique des mauvais genres aux éditions Nada (2017). Avec Les Sorcières, Une histoire de femmes (France Culture / Michel Lafon, 2019), elle fait revivre la figure de la sorcière à travers les âges, dans ce livre qui a notamment été écrit à partir d'une grande série documentaire en 4 volets, qu'elle avait produite pour France Culture en 2018.
On doit également à Céline du Chéné la série Pas si bêtes, diffusée à l'été 2016, récompensée par le prix Tout court de la Scam.

Illustration live : Odélia Kammoun : Diplômée de University College of London en European Studies, et de Sciences Po Paris en Droits de l'Homme et Action Humanitaire, elle est artiste autodidacte, illustratrice professionnelle depuis 2015.

En savoir plus

16 janvier : Faut-il arrêter de manger de la viande ?

L’élevage industriel représente 14% des émissions de gaz à effet de serre mondiales, autant que les transports. 80% de la déforestation en Amazonie serait due à ce même élevage. Les chiffres sont impressionnants. Tout autant que les images des abattoirs qui inondent nos réseaux sociaux. Alors, faut-il aller vers un changement drastique de notre régime alimentaire en arrêtant de manger de la viande ? Quelles seraient les conséquences pour la santé, l’économie et l’environnement d’un tel virage ? 

Intervenants :

  • Gilles DAVEAU : formateur, auteur et conférencier, spécialiste de cuisine biologique et alternative.
    Il a exercé les activités de cuisinier, restaurateur et traiteur bio certifié, en région Nantaise de 1988 à 2010. Il se consacre à faire découvrir les savoir-faire des cuisines végétariennes gourmandes et du monde, sans prôner le végétarisme, mais plutôt comme une ouverture pour renouveler et diversifier les habitudes alimentaires. C’est une contribution pour se nourrir autrement, choisir et encourager des agricultures durables, s’orienter vers des produits plus locaux, plus proches des saisons, plus complets et faire une place aux protéines végétales dans une alimentation qui reste plaisante et accessible à tous.
    Son livre Manger moins (et mieux) de viande - Coédition Kaizen / Actes Sud (27/09/2017). La viande soulève des débats passionnés. Alors, pour passer à l’action, dédramatisons ! Entre les postures radicales “viandard” ou “vegan”, mille voies sont possibles et celle qui convient à l’un ne sera jamais tout à fait la même que pour son voisi
  • Sarah DUMIGRON : Avec son activité d’élevage, couplée à l’agro-tourisme avec son gîte (Les Cabanes de Sarah) dans une forêt de 300 hectares, cette éleveuse de brebis Scottish Blackface et vaches Galloway, en plein air intégral et en sous bois, labellisées Agriculture Biologique, vient nous parler de l'intérêt des éleveurs dans la sauvegarde de la nature.
  • Cemil - qui se prononce Djémil - est un Youtuber engagé qui a créé en 2016 sa chaine « Cemil choses à te dire ». Il y parle de politique, de choix de vie, d'écologie, de culture… Toujours avec une pointe d'humour et de bonne humeur.

En savoir plus

Afin de garantir la sécurité de tous, Cap Sciences met en place des modes de visites adaptés aux consignes sanitaires en vigueur : 
- réservation fortement recommandée en ligne et à l’avance
- Jauges limitées sur les expositions et les ateliers
- application des mesures barrières d’usage : lavage des mains au gel hydroalcoolique et port du masque obligatoires (à partir de 11 ans), distanciation physique